• Partagez cette page avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • Twitter
  • Email

Plan d’action de la Ville de Mascouche pour déceler et réduire le plomb dans l’eau potable

Le Règlement sur la qualité de l’eau potable (RQEP) du Québec exige la vérification du plomb et du cuivre dans l’eau fournie par des systèmes de distribution pour évaluer s’il y a un problème de corrosion.

En mars 2021, la norme du plomb a été abaissée afin de réduire davantage l’exposition au plomb dans l’eau potable et de tenir compte de la recommandation de Santé Canada pour le plomb, établie à 5 μg/L.

De façon proactive et soucieuse de la santé de ses citoyens, la Ville de Mascouche accompagne la population à détecter la présence de plomb dans l’eau potable de leur résidence ou de leur établissement.

Le plomb n’est généralement pas présent dans les réseaux de distribution d’eau potable. Les matériaux de plomberie représentent la principale source de plomb. Ainsi, la dissolution du plomb présent dans les tuyaux, surtout les tuyaux de raccordement (entrées de service) entre certaines maisons et le réseau de distribution municipal, fait en sorte qu’on peut trouver une petite quantité de plomb dans l’eau s’écoulant du robinet.

Les entrées de service en plomb ont été installées dans des maisons unifamiliales et des immeubles, en particulier entre 1940 et 1955, et même jusque dans les années 1970. Les soudures dans la plomberie interne des bâtiments peuvent aussi être une source de plomb dans l’eau; le Code national de la plomberie a interdit l’utilisation des soudures contenant plus de 0,2% de plomb en 1989.

Le gouvernement provincial a également demandé aux municipalités du Québec d’élaborer un plan municipal de réduction du plomb dans l’eau potable, en suivant les recommandations de Santé Canada.


Plan d’action

Afin d’assurer un approvisionnement en eau potable d’une qualité conforme aux normes prévues par la réglementation, la Ville a adopté un plan se tenant sur 3 phases ;

  1. Identifier les adresses prioritaires ;
  2. Dépister le plomb et en identifier la source;
  3. Procéder aux travaux.

Identifier les adresses prioritaires

Les adresses sont priorisées selon la date de construction du bâtiment. Le programme a débuté il y a déjà quelques années et près de 120 résidences ont déjà reçu la visite du personnel de la Ville. Chaque année, près de 30 résidences ou bâtiments sont échantillonnés.

En raison du changement de norme, la procédure pour échantillonner l’eau a été modifiée. Aussi, les priorités seront les suivantes :

  1. L’eau des résidences construites ou raccordées avant 1955;
  2. L’eau des résidences construites ou raccordées avant 1970;
  3. L’eau des résidences construites ou raccordées avant 1990.

Puisque les femmes enceintes et les enfants sont la clientèle cible affectée par la présence du plomb, le gouvernement exige des échantillons provenant des établissements de santé et des services de garde. Le gouvernement prévoit également qu’il ne faut pas prélever dans de tels établissements s’ils portent leur nombre à plus de 10% des échantillons prévus. De plus, chacun des établissements ne doit pas faire l’objet d’un échantillonnage plus d’une fois par cinq ans.

Dépister le plomb et en identifier la source

Les prélèvements doivent avoir été effectués entre le 1er juillet et le 1er octobre, car c’est dans cette période que l’eau distribuée est plus chaude, ce qui favorise la dissolution du plomb, si présent.

La procédure pour le dépistage est la suivante:

  • Choisir le robinet de la cuisine. Il est important de choisir le robinet le plus utilisé;
  • Laisser l’aérateur de robinet s’il y a lieu et ne pas rincer la bouteille d’échantillonnage;
  • Laisser couler l’eau froide pendant 5 minutes à débit moyen et constant;
  • Attendre 30 minutes le robinet fermé et ne permettre aucune autre utilisation d’eau dans la résidence;
  • Profiter du temps d’attente pour prendre les renseignements utiles ci-dessous :
    • Remplir la bouteille no 1 de 1L avec l’eau froide à débit modéré sans la faire déborder et en laissant un espace d’air sous le bouchon. Remplir la bouteille no 2, puis la no 3 et la no 4. S’assurer que les bouteilles sont bien identifiées ;
    • En plus du plomb et du cuivre, procéder à des analyses en laboratoire de ces paramètres ; alcalinité, antimoine, calcium, dureté, magnésium et pH;
    • Prendre la mesure terrain du pH et de la température de l’eau dans un autre contenant avec un appareil bien calibré. Ces informations sont importantes pour l’interprétation et éventuellement un plan d’action;
    • Mettre les bouteilles de prélèvement dans une glacière avec sachet réfrigérant (ice pack) et les envoyer au laboratoire dès que possible. Estimer la longueur de l’entrée de service, noter le diamètre de la conduite, le matériel de l’entrée de service (plomb, cuivre ou acier galvanisé) et la date de construction. Ces informations sont importantes pour l’interprétation d’un problème révélé de plomb; Si ces informations sont manquantes, noter le nom du citoyen et son numéro de téléphone. Elles sont utiles pour la suite advenant une non-conformité.

Une reprise de l’échantillon sera faite de façon séquentielle.

  • Résultats et actions en cas de dépassement de la norme

    Pour l’année 2021, 2 dépassements ont été enregistrés pour les échantillons analysés dans le réseau de distribution de Mascouche.

    La norme relative au plomb ayant été dépassée la Ville doit en aviser la direction régionale du ministère de l’Environnement et la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) ainsi que la direction de la santé publique (DSP) et prendre des mesures pour remédier à la situation et protéger les utilisateurs du réseau contre les risques encourus (Réf. : art. 36 du RQEP).

    Chaque résultat obtenu et les mesures correctrices proposées doivent être consignés au bilan annuel de la qualité de l’eau potable qui est produit et qui sera publié par Mascouche au 31 mars de chaque année (Réf. : art. 53.3 du RQEP).

    Les propriétaires des résidences touchées seront également informés par une lettre envoyée par le Service des travaux publics, bâtiments, parcs et espaces verts de la Ville de Mascouche.

    Il est important de s’assurer que les occupants et/ou propriétaires visés par un dépassement de norme ont été avisés du dépassement et des mesures à prendre pour réduire leurs expositions au plomb.

    Aussi, pour mieux cibler la problématique, la Ville de Mascouche a bien ciblé les secteurs prioritaires d’intervention. Un échantillonnage séquentiel permettra de déterminer la source de plomb à l’origine d’un résultat significatif.   En effet, la campagne d’échantillonnage sera modifiée dans les prochaines années pour mieux cibler la problématique. Les prélèvements règlementaires seront faits durant la période du 1er juillet au 1er octobre afin que les résultats soient représentatifs des moments où l’eau est plus chaude. 

    Le nombre de sites à visiter pour le suivi règlementaire (art. 14.1 du RQEP) sera doublé pendant les deux étés suivant l’année du premier dépassement.

    Les bâtiments où un dépassement a été mesuré devraient être revisités si la deuxième visite (échantillonnage séquentiel / 4L et +) n’a pas été effectuée entre le 1er juillet et le 1er octobre;

    La Ville interprétera l’ensemble des résultats et évaluera les gestes à poser selon l’ampleur du problème. Un plan d’action et son suivi seront élaborés et publiés sur le site Web de la Ville au 31 mars de chaque année.

  • Plan de communication

    La Ville s’assurera que les occupants et/ou propriétaires visés par un dépassement de norme soient avisés du dépassement et des mesures à prendre pour réduire leurs expositions au plomb.

    Les propriétaires et les occupants seront avisés de :

    • De l’état actuel de la situation;
    • Des actions entreprises par la Ville de Mascouche pour corriger le problème;
    • Des mesures à prendre pour réduire leur exposition au plomb ou celle de leurs utilisateurs le temps que les travaux soient réalisés.

    Les citoyens dont l’eau a été identifiée non conforme au niveau de la norme en plomb seront avisés directement par téléphone et par lettres.  Ils pourront adopter de nouvelles habitudes afin de limiter l’exposition en attendant que les travaux soient réalisés :

    • Laisser couler l’eau jusqu’à ce qu’elle devienne froide. Par la suite, laisser couler le robinet encore une ou deux minutes afin d’éliminer l’eau qui a stagné dans l’entrée de service (ex.; le matin au réveil ou en revenant le soir). D’autres moyens existent pour purger la tuyauterie, comme actionner la chasse d’eau de la toilette, prendre une douche ou utiliser le lave-vaisselle;
    • Utiliser l’eau froide pour boire, cuisiner ou préparer des substituts de lait maternel;
    • Nettoyer régulièrement l’aérateur (c’est-à-dire le petit filtre au bout du robinet) pour y déloger les particules qui auraient pu s’y accumuler;
    • Installer, au besoin, un dispositif de traitement certifié pour la réduction du plomb dans l’eau (conformément à la norme NSF/ANSI 53). Il est inutile de faire bouillir l’eau, car le plomb ne s’évapore pas. Pour des renseignements complémentaires, consultez le feuillet Le plomb dans l’eau; quoi faire?

Procéder aux travaux

L’identification par séquençage permettra d’indiquer la source de plomb et les travaux nécessaires à la correction de la situation. Différentes avenues sont possibles :

Ajustement de l’équilibre chimique de l’eau

L’ajustement chimique de l’eau distribuée peut être favorisé advenant que la problématique du plomb touche plusieurs résidences dans un même secteur. De plus, les analyses complémentaires sur la chimie de l’eau lors de l’échantillonnage séquentiel permettent de confirmer l’ajustement nécessaire de l’eau. Il peut également avoir plusieurs bénéfices comme de:

  • Diminuer globalement l’exposition au plomb et à d’autres métaux présents dans les matériaux en contact avec l’eau;
  • Préserver les infrastructures métalliques de distribution d’eau (conduites, pompes, valves, etc.); > Réduire les épisodes d’eau rouge;
  • Respecter la valeur de pH minimale inscrite dans la recommandation de Santé Canada.

Inspection de la plomberie visible par un plombier

Comme la plomberie ou les équipements de plomberie peuvent contenir du plomb, un plombier mandaté par la Ville peut faire un examen visuel à la maison concernée par des dépassements en plomb. Ce dernier rendra compte de ses conclusions et observations à la municipalité. Advenant la découverte d’éléments comportant du plomb du côté privé, le propriétaire de la maison a la responsabilité d’effectuer les travaux à ses frais.

Remplacement de l’entrée de service

Advenant que la source du plomb semble provenir de l’entrée de service, son remplacement permet d’éliminer le problème à la source. Ainsi, il est possible que le remplacement des entrées de service soit nécessaire, autant la partie privée que la partie publique:

Ces travaux pourront se faire

  • lors des travaux planifiés sur le système de distribution;
  • lors d’interventions ciblées (ex.; lorsque des propriétaires veulent remplacer la partie de l’entrée de service qui est sur leur terrain);
  • lors de travaux d’excavation réalisés par d’autres fournisseurs de services (Hydro-Québec, Énergir, etc.).

Le remplacement de l’entrée de service côté privé est aux frais du citoyen propriétaire. Le remplacement de l’entrée de service du côté public est assumé par la Ville.

  • Suivi de l’efficacité des mesures correctrices mises en place  

    Une fois les mesures correctives mises en œuvre, un suivi sera effectué à différents points de l’installation de distribution.

  • Échéancier détaillé des actions à réaliser

    La Ville entend réaliser les inventaires séquentiels durant l’été 2022 et dresser un portrait de la situation et mieux cibler les problématiques sur le terrain.

    Les actions à entreprendre seront déterminées par la suite et elles seront communiquées individuellement aux citoyens concernés.