• Partagez cette page avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • Twitter

Discours du maire sur le budget 2023

Le budget 2023 a été adopté par le conseil municipal lors d’une séance extraordinaire le 5 décembre 2022.

Voici le discours qu’a prononcé Guillaume Tremblay, maire de Mascouche, à l’occasion du dépôt du budget.


Chères citoyennes,
Chers citoyens,

Au nom du conseil municipal, je suis fier de vous présenter le budget 2023 et le programme triennal d’immobilisations 2023-2024-2025 de la Ville de Mascouche.

Tous les élus municipaux et les administrations municipales vous le diront, l’année 2023 représente une année particulière en matière de préparation budgétaire.  En effet, en cette période marquée par une forte inflation, les défis sont nombreux dans le cadre de l’élaboration de celle-ci. L’ensemble des municipalités du Québec doit faire face à des défis importants en raison notamment de l’explosion des coûts.

À titre d’exemple, selon les données récentes dévoilées par l’UMQ, la hausse moyenne du coût des travaux est estimée à 30 % depuis 2020, pour tous les types de projets. Mascouche n’y fait pas exception. Il n’y a qu’à penser aux dépenses associées aux carburants qui ont grimpé de 30 % ou encore au coût de la tonne d’asphalte qui est passé de 80 $ à 113 $. Un bon nombre de ces dépenses est incompressible.

Je tiens également à rappeler qu’au-delà du contexte inflationniste, les administrateurs municipaux ont également à jongler avec les coûts liés aux changements climatiques. Nous devons faire les choses différemment, et tout ça a un coût. Une étude récente réalisée pour le compte de l’Union des municipalités du Québec estimait que les villes doivent investir au moins 2 milliards $ par année uniquement pour adapter leurs infrastructures aux changements climatiques. Ces investissements sont notamment requis pour faire face à de fortes pluies et aux variations extrêmes de température. Mascouche n’est évidemment pas à l’abri de ces impacts. Nous avons encore tous dans nos mémoires la tornade de juin 2021.

Or, contrairement aux autres paliers de gouvernement pour qui l’augmentation des coûts de la vie génère des revenus supplémentaires (impôts et taxes à la consommation), la hausse du coût de la vie n’entraîne pas de nouveaux revenus pour les municipalités. En effet, les villes voient leurs revenus stagner puisque leur financement repose essentiellement sur les taxes foncières, dont les taux sont déterminés tous les ans. Pour Mascouche, c’est 84 % des revenus qui reposent sur cette taxe foncière.

Au cours des dernières années, nous avons déployé des stratégies pour accroître les revenus, notamment en créant un nouveau parc d’affaires, le CentrOparc, qui a permis d’amoindrir la charge foncière sur le secteur résidentiel. Aufil des ans, nous sommes donc parvenus à garder un compte de taxes compétitif.

Bref, dans ce contexte, nous avons travaillé avec ardeur pour minimiser l’impact de l’inflation sur le prochain compte de taxes. Le conseil s’est donné pour cible une variation inférieure à la hausse du coût de la vie et, très important, sans affecter la qualité des services à Mascouche.

«En effet, ce n’est surtout pas le moment de couper dans les services que nous offrons à la population. Les Mascouchois ont besoin d’un milieu de vie de qualité, qui leur permet de passer de bons moments en famille près de la maison et à faible coût. Nous allons maintenir notre offre d’activités et d’événements attrayants pour les familles, des parcs et des installations sportives de qualité ainsi que des espaces verts qui permettent à tous d’avoir du bon temps en cette période plus difficile.»

Guillaume Tremblay
Maire de Mascouche

Dans la préparation du budget, nous avons évidemment eu à faire des choix, mais nous gardons le cap sur les grandes priorités des Mascouchois.  De plus, nous continuons de miser sur les investissements pour décongestionner notre réseau routier, améliorer l’état de nos routes et la sécurité aux abords des écoles, valoriser nos espaces verts et bonifier nos parcs.

Comme vous pouvez le voir, le conseil a fait ses devoirs. Cette année, nous avons travaillé fort pour maintenir le cap afin que la variation du compte de taxes de 2023 soit inférieure à la hausse du coût de la vie estimé à 6,7 % selon le plus récent IPC. Concrètement, pour une propriété dont la valeur moyenne est établie à 320 700 $ pour 2022, un montant de 178,74 $ s’ajoutera au compte de taxes, ce qui représente une hausse moyenne de 5,94 %. Je rappelle que l’an dernier, le compte de taxes a varié de 2,94 %, alors que la hausse du coût de la vie était de 5,1 % au moment de la préparation du budget.

Bref,  l’augmentation du compte de taxes demeure de 35 % inférieure à l’augmentation du coût de la vie des deux dernières années. C’est un écart significatif qui démontre les efforts que nous avons faits pour atténuer la hausse du coût de la vie sur le portefeuille des Mascouchoises et Mascouchois.  C’est également une démonstration que les investissements générés par les projets dans le secteur de la Gare, dont le CentrOparc, ont contribué à générer de nouveaux revenus profitables pour l’ensemble des Mascouchois, en plus de développer des emplois de proximité.

Les finances publiques se portent bien, car notre service de la dette représente  16,70 % des dépenses du budget 2023, comparativement à 18,23 % l’an dernier. Je rappelle qu’il était de 26,36 % à mon arrivée en poste en 2013. C’est une diminution qui démontre que nous investissons davantage dans les services aux citoyens. D’ailleurs, le service aux citoyens représente près du 2/3 des nouvelles dépenses de la municipalité au présent budget.

Il est également à noter que nous prévoyons boucler le budget 2023 sans avoir à utiliser l’excédent de fonctionnement, le surplus. C’est donc dire que nous ne pelletons pas vers l’avant et que nous pouvons conserver un léger coussin pour faire face aux incertitudes. C’est un choix responsable.

Dans ce budget, nous abordons de front un enjeu important qui a fait couler beaucoup d’encre cette année : celui de l’habitation. Partout au Québec, il n’a jamais coûté aussi cher pour se loger. Avec un taux d’inoccupation de 0,1 % et une hausse importante du prix des loyers au cours des dernières années, Mascouche est également touchée par cette crise de l’habitation. Dans ce contexte, nous devons agir, sinon ce sont nos enfants et nos petits-enfants qui ne pourront accéder à la propriété ou même à un loyer à la hauteur de leurs moyens.

Le fait est que si, collectivement, nous n’agissons pas, la crise actuelle va continuer de s’amplifier. Nous sommes tous appelés à déménager au cours de notre vie. Posons-nous la question : combien auraient les moyens de racheter leur propre propriété avec leurs revenus actuels? L’un des ingrédients de la recette pour rééquilibrer le marché est nécessairement d’accroître l’offre en matière d’habitation.

Certes, il s’agit d’un véritable numéro d’équilibriste lorsqu’il est question de développement. Il faut trouver un équilibre entre ajouts d’unités, capacité des infrastructures, protection des espaces verts et acceptabilité sociale. La densification fait partie des éléments de solution et c’est pourquoi nous concentrons le développement dans le secteur de la Gare.

Toute aussi importante que la bonification de l’offre, il y a une également une nécessité d’accroître le parc immobilier en matière de logements sociaux et communautaires.

«En ce sens, nous devons agir et poser des gestes audacieux, mais réfléchis. C’est pourquoi Mascouche innove en se dotant d’un fonds pour le logement social et communautaire qui sera financé à même l’ensemble du parc immobilier de la municipalité. 0,01 $ par 100 $ d’évaluation ira donc dans un fonds du logement qui permettra de soutenir le déploiement d’une offre de logements sociaux, communautaires et familiaux. Il s’agit d’un geste fort qui permettra de financer des acquisitions de terrains pour développer de l’habitation adaptée à la réalité de tous. »

Guillaume Tremblay
Maire de Mascouche

On estime à plus de 732 000 $ la somme qui sera directement versée dans ce fonds chaque année. De plus, dans une deuxième mouture du nouveau règlement, une contribution des promoteurs viendra s’ajouter au Fonds.

Mascouche prend ses responsabilités; j’invite le gouvernement à prendre les siennes en finançant également ces projets. Le coût social de l’inaction sera encore plus élevé. Mascouche est prête à faire sa part, mais les municipalités ne doivent pas se substituer à la responsabilité des autres paliers de gouvernements à qui doit revenir le financement principal pour le déploiement du logement social et communautaire. Il en est de même pour l’accompagnement qui doit se faire auprès des clientèles les plus vulnérables par le réseau communautaire ou de services sociaux. Soyez assurés que c’est un message que je continuerai à porter.

Je le mentionnais précédemment, dans ce budget nous gardons le cap sur les grandes priorités des Mascouchoises et Mascouchois. Des priorités qui se retrouvent dans notre plan triennal d’immobilisations. Nous maintenons les investissements pour décongestionner notre réseau routier, améliorer l’état de nos routes et la sécurité aux abords des écoles.

Des travaux majeurs pour décongestionner le réseau routier 

En juin dernier, nous avons annoncé les détails de la séquence des interventions à être réalisées pour décongestionner notre réseau routier, une grande priorité pour les Mascouchoises et les Mascouchois. On se rappellera que l’an dernier, nous avons fait des travaux majeurs à l’intersection de l’avenue de l’Esplanade et de la montée Masson, ainsi que sur le chemin Sainte-Marie. Pour les prochaines années, nous poursuivons sur cette lancée, toujours dans l’objectif de décongestionner Mascouche. Ce sont plus de 30 M$ que la Ville prévoit investir d’ici 2025.

  • L’été prochain, nous débuterons les travaux sur le boulevard de Mascouche. Il fera l’objet d’un élargissement afin de doubler le nombre de voies entre l’avenue de l’Étang et la montée Masson. Des feux de circulation seront également ajoutés aux intersections Maupassant, de l’Étang, Lapointe et Châteaubriand. Ce sont 6 M$ qui sont prévus à cet effet pour les travaux qui s’échelonneront sur 2 ans.
  • Nous ajouterons une bretelle de sortie de l’autoroute 640 ouest vers l’avenue de l’Esplanade. Ces travaux représentent un investissement de 2,8 M$ et sont prévus en 2023 et 2024, conditionnellement à l’accord du ministère des Transports.
  • En 2023-2024, ce sont près 15 M$ qui seront investis sur le chemin des Anglais, notamment avec l’ajout de feux de circulation à
    4 intersections, l’élargissement d’emprises ainsi que des baies de virage. Des interventions seront également faites afin d’améliorer le transport actif sur cette voie.
  • Des investissements de 12 M$ seront injectés dans des travaux sur l’avenue de la Gare afin d’améliorer la fluidité et la sécurité dans ce secteur. Ainsi, de 2024 à 2026, plusieurs travaux seront réalisés, dont la reconfiguration du carrefour giratoire, l’ajout d’une voie en direction sud entre la rue Sicard à l’avenue de l’Esplanade et l’ajout des feux de circulation.

L’effet combiné de tous ces travaux aura pour effet d’améliorer la fluidité des déplacements à Mascouche.

En ce qui concerne les travaux d’infrastructure et de réfection de la chaussée, nous poursuivrons les interventions en 2023 principalement dans les secteurs plus anciens. Ainsi, nous projetons réaliser des travaux, notamment sur les avenues Louise et Grande-Allée ainsi que sur le chemin de Cabane-Ronde.

Un autre enjeu que nous avons abordé de front cette année est celui de la sécurité aux abords des écoles et de la vitesse dans les rues. J’en prends pour preuve le réaménagement aux abords de l’école du Coteau, ainsi que les nombreux afficheurs pédagogiques déployés aux abords des écoles.

Ainsi, pour la prochaine année, nous prévoyons poursuivre les investissements afin de sécuriser le pourtour des écoles et améliorer le transport actif dans les secteurs résidentiels. Nous aménagerons notamment une traverse piétonne avec un feu de signalisation à l’intersection de l’Esplanade/Versailles, ce qui facilitera les déplacements piétonniers vers l’école de la Seigneurie. Il s’agit d’un investissement de 650 000 $.

Cette année, nous avons poursuivi la réalisation des travaux majeurs dans nos parcs et nos infrastructures sportives, qui font le bonheur d’un grand nombre de Mascouchois. À titre exemple, notons  l’ajout d’un terrain synthétique de soccer et d’éclairage au parc du Domaine. L’été dernier, nous avons aussi officiellement inauguré le parc Saint-Gabriel dans le secteur des Jardins du Coteau, qui comprend des modules de jeu et un terrain de baseball, le parc Gérard-Pesant et ses nouveaux jeux d’eau, ainsi que les terrains de pickleball au parc du Rucher.  Nous avons également inauguré, l’automne dernier, la place publique dans le Vieux-Mascouche.

Nous bonifierons également les espaces publics dans le secteur de la Gare, en aménageant notamment un nouveau parc et en améliorant le parc existant.

Cette bonification s’étendra  dans les parcs existants, notamment par l’ajout d’un jeu d’eau au parc Chambéry prévu en 2024. De nouveaux modules de jeu feront également leur apparition dans les parcs Nelligan, Vanier, Duhamel, Pontoise et de l’Envolée.

Pour les adeptes de vélo et de mobilité active, il est à noter que l’an prochain, nous débuterons les travaux de prolongement de la piste de la RAIM afin de relier le boulevard de Mascouche et le chemin Sainte-Marie. De plus, des travaux de réfection et de sécurisation de la piste cyclable sur la montée Masson sont prévus pour 2025.

En matière d’espaces verts, la ville entend poursuivre au cours des prochaines années le déploiement des sentiers dans le parc de la forêt domaniale, en collaboration avec la Communauté métropolitaine de Montréal.

Conclusion

La préparation d’un budget est un long processus qui implique la participation de tous les services. Dès le mois de mai, notre équipe de direction et notre Service des finances se sont attelés à la tâche. Malgré les défis des derniers mois, la Ville de Mascouche est en bonne santé financière.

En mon nom et celui de mes collègues du conseil, je tiens à remercier l’ensemble du personnel de la municipalité pour leur engagement et leur apport à notre organisation. Merci de contribuer à offrir des services de qualité aux  Mascouchoises et aux Mascouchois!  En cette année particulière où  les défis étaient nombreux dans la préparation de ce budget, vous me permettrez de remercier plus spécifiquement la direction générale, André Pratte et Yohann Champagne, ainsi que la directrice du Service des finances et de la trésorerie, madame Luce Jacques et son équipe pour tout le travail réalisé dans l’élaboration de ce budget.

Merci également aux membres du conseil municipal. Merci de votre engagement pour Mascouche et merci de garder le cap sur des services de qualité pour nos concitoyens.

Joyeuses fêtes à tous les Mascouchoises et Mascouchois !