• Partagez cette page avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • Twitter
  • Email

Oeuvres d’art public

Monument à la rivière

Année: 2016
Artiste: Éric Nado
Lieu: Jardin Moore (1455, chemin Pincourt)

Récupération d’objets lors du grand nettoyage de la rivière Mascouche par COBAMIL. Une œuvre assemblé représentant le cimetière d’objet qu’était devenue la rivière au fils des ans.

Continuum

Année: 2014
Artiste: Marc Dulude
Lieu: Gare de Mascouche (1450, avenue de la Gare)

Continuum renvoie à un ensemble d’éléments entre lesquels le passage est continu. L’œuvre évoque l’image d’un train se déplaçant sur des rails. La sculpture termine sa course en une forme de goutte qui nous donne l’impression de voir un objet en mouvement croqué sur le vif.

D’où venons-nous/où allons-nous

Année: 2012
Artiste: Lalie Douglas
Lieu  École Aux 4 Vents (3000, avenue Bourque)

La maison rappelle le partenariat étroit entre la famille et l’école pour assurer la réussite de l’élève. Symbole du passé, les racines représentent les parents, les aînés, la culture et le patrimoine qui forment la base de l’éducation. Finalement, les étoiles symbolisent l’avenir des étudiants et les incitent à rêver d’aller jusqu’aux étoiles.

Cette œuvre est née de la Politique d’intégration des arts à l’architecture (PIAA) du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

Espace latent

Année: 2009
Artiste: Guy Nadeau
Matériaux: Acier galvanisé, aluminium et laiton
Lieu: Centre sportif René-Lévesque (2936, rue Dupras)

Chaque élément de la sculpture représente les vocations du Centre sportif. L’aire de jeu est représentée par un damier de 5 cases sur 5 cases. Les gradins sont mimés par 2 plaques coupées en palier. Le banc des joueurs est reproduit au pied de l’emboîtement. Les marques de territorialité sont suggérées au sol. Trois accessoires de jeu sont incrustés dans les plaques du damier.

Cette œuvre est née de la Politique d’intégration des arts à l’architecture (PIAA) du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

Arbre cité

Année: 2009
Artiste: Jacek Jarnuszkiewicz
Lieu: Quartier général de la Sûreté du Québec (3005, avenue de la Gare)

Le premier des deux éléments qui composent l’œuvre renvoie à l’arbre. Son tronc porte une branche, mère de toutes les branches, et une grande feuille marquée par une sorte de scarification, de signes qui évoquent la multiplicité et la diversité des éléments formant la polis et le tissu social.

Le second élément est un tuteur. Il accompagne le tronc de l’arbre. Parfaitement vertical, il symbolise la police, son idéal moral et éthique, ainsi que sa fonction pratique de soutien.

Cette œuvre est née de la Politique d’intégration des arts à l’architecture (PIAA) du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

Champ fleuri

Année: 2009
Artiste: Linda Covitù
Lieu: Coopérative Le Chez-Nous du communautaire (2500, boulevard de Mascouche)

Cette installation, en 3 sculptures, représente la luzerne, le maïs et le soya, principales cultures de Mascouche et références à son histoire agricole.

La luminosité changeant au gré des saisons, le jeu d’ombres et de lumières se renouvelle constamment à travers les découpes de plante dans la plaque d’acier inoxydable.

Cette œuvre est née de la Politique d’intégration des arts à l’architecture (PIAA) du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

Jean qui rit, Jean qui pleure

Année: 2007
Artistes: Marie Douville et Sébastien Roy
Lieu : Théâtre Côte à Côte (1073, chemin des Anglais)

Symbole du théâtre, véritable miroir social, associé aux masques tristes et souriants puisque le jeu des comédiens permet aux spectateurs de passer rapidement d’une émotion à l’autre.

La texture reproduit l’effet du cuir de vrais bons masques. Matériau noble et brut, le cuir rappelle la pérennité du théâtre à travers les siècles et évoque l’authenticité du jeu… parce que le théâtre, c’est la vraie vie!

Envolée imaginaire

Année : 1999
Artiste : Jan Stohl
Lieu : Bibliothèque municipale Bernard-Patenaude (3015, avenue des Ancêtres)

L’œuvre laisse voir un globe universel composé de bandes de granit de différentes couleurs dont les extrémités forment des mains ailées. Celles-ci renvoient à l’orientation des quatre points cardinaux et à l’interaction des éléments dans l’univers.

Cette œuvre est née de la Politique d’intégration des arts à l’architecture (PIAA) du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

La grande envolée

Année: 1992
Artiste: Pierre Desrosiers
Lieu: École La Mennais (2881, chemin Sainte-Marie)

Cette œuvre est composée de 94 petites voitures en aluminium, peintes de couleurs vives qui sont fixées au mur extérieur de l’école.

L’ensemble forme le contour d’une voiture grandeur nature aux phares allumés qui, dans les mots de l’artiste, « s’envole dans un paysage ».

Cette œuvre est née de la Politique d’intégration des arts à l’architecture (PIAA) du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

La ronde

Année: 1992
Artiste: Dominique Valade
Lieu: École primaire Pinewood, Campus A (412, chemin des Anglais)

Cette œuvre symbolise la connaissance, le jeu et la vie. Des silhouettes d’enfants constituent le cœur de la sculpture.

Les arbres traduisent la précarité de l’environnement alors que les ballons rouges mettent en évidence les valeurs positives de l’amitié, de la connaissance et du dépassement de soi.

Cette œuvre est née de la Politique d’intégration des arts à l’architecture (PIAA) du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

Les histoires qu’on se conte II

Année: 1991
Artiste: Diane Gougeon
Lieu: École Le Prélude (2995, avenue des Ancêtres)

Cette œuvre, en deux parties, représente le ciel, les signes du zodiaque et le mouvement céleste. La première partie de l’œuvre se trouve dans la cafétéria de l’école et se compose de neuf boîtes lumineuses et de quatre plaques de bronze.

Située à l’extérieur, dans la cour, la deuxième partie de l’œuvre se compose d’une plaque de bronze posée sur une base de ciment.

Cette œuvre est née de la Politique d’intégration des arts à l’architecture (PIAA) du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

Poseidon

Artiste: Antonio D. Guglielmo
Lieu: Poste de police (822, rue Brien)

« Selon moi, l’image de Poséidon dans cette œuvre est une métaphore de la vie humaine démontrant l’adaptabilité de l’homme à son environnement.

Cette sculpture révèle le reflet d’un visage humain vu à travers une masse d’eau avec les yeux qui suivent les mouvements de son entourage. » – D. A. Di Guglielmo

Infinité

Artiste: Yolande Harvey
Lieu: École de la Source (1275, avenue de Châteaubriant)

Infinité, représente une sorte d’échantillonnage d’un monde fantaisiste, inspiré d’animaux et de plantes. Avec ce double niveau de lecture, on se laisse surprendre. En effet, à force d’observation, l’œuvre devient un objet de contemplation, de découverte et même un jeu, autant pour les jeunes que pour les moins jeunes.

Vitrail des armoiries de la Ville

Année: 2015
Artistes: Gaston Beaulieu, Hélène Lauzon et Ginette Beaulieu
Lieu: Hôtel de ville de Mascouche (3034, chemin Sainte-Marie)

Cette œuvre, représente les armoiries de la Ville de Mascouche. Henri II fut roi de Bavière en 995, roi de Germanie en 1002, et enfin, empereur d’Allemagne de 1014 à 1024. C’est pour rappeler Saint-Henri que l’aigle à deux têtes figure dans les armoiries de la municipalité de Mascouche.

De Terrebonne Heights à Mascouche Heights

Année: 2020
Artistes: Sautozieux
Lieu: Uniatox (185, chemin des Anglais)

La fresque nous ramène dans les années 1950, au coin des rues English et Poplar, alors qu’on nommait encore ce quartier Terrebonne Heights.

Ce projet a été réalisé grâce à une contribution financière versée en vertu de l’entente de développement culturel intervenue entre la Ville de Mascouche et le ministère de la Culture et des Communications.

Boucherie Ovila Patenaude

Année: 2016
Artistes: MURIRS (Murales Urbaines à Revitalisation d’Immeubles et de Réconciliation Sociale)
Recherches historiques: Jean-Claude Coutu, historien local et la Société d’histoire de Mascouche
Lieu: Pizza Maximum (2992, chemin Sainte-Marie)

La scène se déroule en plein cœur du village de Mascouche, en mai 1936, devant la boucherie d’Ovila Patenaude, située au coin des rues Nouvelle et Sainte-Marie. Propriété de sa mère, Philomène Beauchamp, que l’on aperçoit à la fenêtre, il y a exercé son métier de 1933 à 1940.

Ce projet a été réalisé grâce à une contribution financière versée en vertu de l’entente de développement culturel intervenue entre la Ville de Mascouche et le ministère de la Culture et des Communications.

Note: L’œuvre est située sur la rue Dupras.

Le jardin sur la côte de la millionnaire

Année: 2015
Artiste: Patrick Larrivée
Lieu: Jardin Moore (1455, chemin Pincourt)

Cette murale souligne le lien entre le fondateur du Jardin Moore et la propriétaire du manoir seigneurial dans les années 1940-50. L’endroit où est située l’œuvre était appelé, à l’époque, « La côte de la millionnaire ».

Ce projet a été réalisé grâce à une contribution financière versée en vertu de l’entente de développement culturel intervenue entre la Ville de Mascouche et le ministère de la Culture et des Communications.