Comment remonter ta jauge de bonheur

Publié le 7 août 2017 par Bilqis Tremblay
dans Bien-être, Plein air

  • Partagez cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • Twitter
  • Email

Soyons honnêtes. Bien souvent, on se prend pour des êtres surhumains et on veut réussir dans tout, partout, en même temps. Cette quête constante de la performance est bien présente dans notre société. Je pense qu’on s’y fait tous prendre un jour ou l’autre. Pendant un certain temps, tu te sens on top of your game; tu accomplis plusieurs projets à la fois, tu t’occupes de la maison, tu t’entraînes, tu vois tes amies, tu planifies ton prochain voyage, tu apprends à parler l’espagnol, et puis POUF! Les batteries sont à terre. Je parle en connaissance de cause puisque tout ça m’est arrivé. Et je me demandais bien quoi faire pour retrouver ma pleine vigueur. C’était sans savoir qu’en réalité, je n’avais pas nécessairement besoin de me retrouver seule chez moi. En fait, j’avais besoin d’une aide extérieure, de m’agripper à une main invisible qu’on me tend. Et cette main-là se trouvait dans la nature et dans l’énergie positive de mon quartier, à Mascouche.

Un beau matin, je me suis rendue au Centre d’Entraide de Mascouche. Il s’agit d’un endroit pour aider les familles, fondé en 1967 par Sœur Denise des Sœurs de la Providence, et où tu peux acheter tout un tas de trucs (meubles, vêtements, jouets, etc.) à un prix très bas. J’y suis allée parce qu’en tant que petit rat de bibliothèque, je sais que c’est le genre d’endroit où tu peux mettre la main sur des bouquins à un prix génial. Comme de fait, j’ai trouvé plusieurs livres sur le développement personnel (mon vibe du moment) et je suis tombée sur le livre de David Bernard, Ralentir pour mieux réussir. Au fil de ma lecture, j’ai appris à quel point il est important de se planifier des moments de repos complet, de prendre un certain recul pour y voir plus clair. Comme on dit, si on a le nez trop collé sur l’arbre, cela nous empêche de voir la forêt. Il s’agit de faire un pas derrière pour ensuite en faire trois devant. Motivation retrouvée!

À la découverte d’un boisé enchanté… et enchanteur!

Ce retour à la nature était parfait pour retrouver ma paix intérieure. La forêt a ceci de puissant en ce qu’elle nous rappelle à quel point nous sommes des êtres petits et vulnérables. Son étrange silence bruyant de vie nous permet de faire le vide total dans notre esprit et de trouver ainsi les réponses à certaines de nos questions profondes. C’est un sentiment bien particulier, à la fois enivrant et envoûtant.

Ensuite, comme je fais du CrossFit, qui est un sport assez intense et assez demandant pour le corps, je me suis dit que de faire quelque chose de plus « relax » m’aiderait à me sentir plus calme, à mettre de l’ordre dans mes idées. Je me suis donc mise à marcher 30 à 60 minutes par jour. J’ai découvert un superbe sentier dans le boisé tout près de chez moi, lequel se situe entre le parc Grand-Coteau (secteur de l’étang) et le sentier canin près de l’étang du parc de la Seigneurie. Ce retour à la nature était parfait pour retrouver ma paix intérieure. La forêt a ceci de puissant en ce qu’elle nous rappelle à quel point nous sommes des êtres petits et vulnérables. Son étrange silence bruyant de vie nous permet de faire le vide total dans notre esprit et de trouver ainsi les réponses à certaines de nos questions profondes. C’est un sentiment bien particulier, à la fois enivrant et envoûtant.

Les fois où je n’allais pas dans le boisé enchanté (comme je me plais à l’appeler), je déambulais un peu au hasard dans les rues de mon quartier. Je marchais souvent la tête basse, perdue dans mes pensées. Il est venu un moment où j’ai croisé un monsieur plus âgé et à ce moment précis, quelque chose m’a vraiment marquée. J’ai réalisé à quel point on fuit souvent le regard des gens. Ce jour-là, j’ai mis mes œillères de cheval de côté et j’ai relevé la tête. Nos regards se sont croisés et il m’a fait un magnifique sourire ainsi qu’un « bonjour » par un signe de tête. Son sourire m’est allé droit au cœur. Il venait de faire ma journée.

Par la suite, j’ai pris l’habitude de sourire et de saluer chaque personne que je croisais; voir le sourire des gens ainsi que leur visage s’illuminer me donnait une tonne d’énergie positive et remplissait ma jauge de bonheur au maximum. J’ai pris plaisir à sortir de chez moi pour saluer les gens sur mon chemin. Par ce simple geste, j’espérais avoir fait, moi aussi, une petite différence dans leur journée. Parfois, un simple détail peut faire toute la différence. Souvent les gens ont peur du regard des autres. Mais je vous le dis : faites-le! Souriez aux gens. Donnez sans rien n’attendre en retour. Vous serez surpris des résultats! Ça en vaut tellement la peine. Un échange de sourire équivaut à une grande source de chaleur humaine dans notre cœur. Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, ça contribue à rendre ma vie meilleure.

 

Partagez cet article

Commentaires

Articles suggérés

L’art de ma tante Sylvie

Découvrir l’âge d’un arbre; ce fut l’activité inattendue réalisée avec la marmaille lors de notre dernière balade en forêt. Quelle ne fut pas ma surprise d’entendre mon plus grand me demander d’aller mesurer des arbres! Du haut de mes cinq pieds, j’ai dû trouver une autre manière d’échanger sur la taille des arbres avec mes progénitures.

Lire

Publié le 18 décembre 2019 par Bilqis Tremblay
dans Environnement, Plein air

Être une « fit mom » à Mascouche

Mascouche est une ville familiale en plein essor où il fait bon vivre. Plusieurs nouvelles familles s’installent dans cette ville puisqu’elles y retrouvent non seulement tout ce dont elles ont besoin, mais aussi parce que le bien-être et l’activité physique occupent une place très importante au cœur de Mascouche.

Lire

Publié le 11 décembre 2019 par Bilqis Tremblay
dans Bien-être, Plein air, Sport