Après la féérie… les semis!

Publié le 19 janvier 2018 par Bilqis Tremblay
dans Environnement, Famille

  • Partagez cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • Twitter
  • Email

À peine remis des rigodons du jour de l’An, je me surprends à partir à la recherche des plus belles variétés de plantes et d’arbres, et des plus inusitées aussi (des radis melon d’eau, vraiment?!), sur le web. Il faut dire qu’avec notre récent déménagement à la campagne, nous avons multiplié par, au moins, cinquante notre espace à cultiver : un vaste terrain de jeu, disons!

Semences

À la fin de chaque saison estivale, nous récoltons les graines de plusieurs de nos plantes. Celles des courges sont particulièrement faciles à récupérer : un jeu d’enfant littéralement! Il suffit ensuite de les laisser sécher et de les ranger dans une enveloppe bien identifiée. Mais attention! Nulle assurance que la graine de notre citrouille nous donnera d’autres de même variété, car le pollinisateur de la fleur en aura peut-être décidé autrement! C’est une surprise qu’on se garde! Les semences des concombres, des poivrons, des tomates, des mufliers, etc. peuvent aussi être récoltées facilement. C’est une solution simple, économique et écologique! Cet automne, j’ai essayé de récolter les graines de mes clématites. L’avenir nous dira si mon amie Julie pourra finalement voir fleurir cette beauté chez elle ce printemps!

Si l’on n’a pas recueilli les graines de nos plantes ou si l’on veut dénicher de nouvelles verdures, l’achat de semences en magasin est souvent peu onéreux. On peut donc se laisser aller à quelques explorations. Les produits des jardins de l’Écoumène, offerts à l’Écoboutique Un Monde à Vie, sont géniales. On entend de plus en plus parler de semences patrimoniales, qui nous font redécouvrir des variétés tant appréciées par nos grands-parents! À qui la tomate Mémé de Beauce ou le fameux melon de Montréal?

Semis

Une fois les semences en main, nous voilà fin prêts à les planter et à voir grandir de belles plantes! Pour démarrer les semis, j’aime bien utiliser des pastilles de tourbe ou de fibres de coco. On peut étaler ces pastilles dans un plat de pyrex recouvert d’une pellicule plastique, pour créer un effet de serre. Il faut alors s’assurer que les semis demeurent humides, mais pas détrempés, tout au long de la germination. On creuse un petit trou avec le bout du doigt et l’on pose deux ou trois graines au milieu, avant de les réenterrer dans la tourbe ou dans la fibre. Quand deux belles paires de feuilles sont sorties, on peut transplanter les pousses dans de plus gros pots. Nous aimons bien utiliser des verres de plastique perforés à l’aide d’un clou qu’on réutilise année après année. Et nous voilà presque prêts à planter dans le potager!

Et les arbres dans tout ça?

Si l’attrait des arbres et arbustes fruitiers a toujours été présent chez nous, la conférence donnée par Guillaume Pelland, de Paysage gourmand, sur les plantes comestibles au printemps dernier, elle, aura mis le feu aux poudres. Cette présentation, initiée par la

Société d’horticulture et d’écologie des Moulins nous a permis de découvrir une foule d’arbres et arbrisseaux intéressants pour leur caractère comestible, notamment. Au nombre, divers arbres à noix, des amélanchiers, des abricotiers, des pruniers et j’en passe! De quoi rêver de se régaler!

Aussi, ceux qui ont accueilli un enfant dans l’année peuvent recevoir un arbre tout à fait gratuitement avec le programme Mon arbre à moi. À Mascouche, la distribution des arbres se fait généralement lors du Rendez-vous nature. Inscription avant le 15 avril pour en bénéficier!

Alors, quelle sera l’inspiration de votre jardin cet été? Quelques graines de folie à partager?

Partagez cet article

Commentaires

Articles suggérés

L’art de ma tante Sylvie

Découvrir l’âge d’un arbre; ce fut l’activité inattendue réalisée avec la marmaille lors de notre dernière balade en forêt. Quelle ne fut pas ma surprise d’entendre mon plus grand me demander d’aller mesurer des arbres! Du haut de mes cinq pieds, j’ai dû trouver une autre manière d’échanger sur la taille des arbres avec mes progénitures.

Lire

Publié le 18 décembre 2019 par Bilqis Tremblay
dans Environnement, Plein air

Être une « fit mom » à Mascouche

Mascouche est une ville familiale en plein essor où il fait bon vivre. Plusieurs nouvelles familles s’installent dans cette ville puisqu’elles y retrouvent non seulement tout ce dont elles ont besoin, mais aussi parce que le bien-être et l’activité physique occupent une place très importante au cœur de Mascouche.

Lire

Publié le 11 décembre 2019 par Bilqis Tremblay
dans Bien-être, Plein air, Sport